5 mythes répandus sur la maladie de La Peyronie

Lapeyronie Faits vs FictionsFaits versus fiction

La maladie de La Peyronie, comme bien d’autres troubles et problèmes de santé, a suscité des légendes, hypothèses et idées fausses. Le présent article a pour objectif de faire le point sur les mythes communément répandus à propos de la maladie et de vous aider à faire la part du vrai et du faux.


Mythe n°1 : La maladie de La Peyronie concerne les jeunes

Les faits : plus de 75 % des patients atteints ont entre 45 et 65 ans. De même, certaines personnes pensent que la maladie de La Peyronie n’affecte que les hommes de plus de 50 ans. Mais en réalité, des études montrent que plus de 10 % des patients n’ont pas 40 ans.

Mythe n°2 : Les causes de la maladie de La Peyronie ne sont pas connues

Les faits : s’il est exact qu’il n’existe pas de cause unique pouvant être considérée comme le seul facteur responsable de la maladie de La Peyronie, dans tous les cas, on considère qu’un traumatisme ou une blessure du pénis en est l’origine la plus fréquente. La maladie est par ailleurs liée à d’autres troubles de la santé, tels que l’hypertension et le diabète. Elle peut également être associée à la maladie de Dupruyten (aponévrose palmaire), à la maladie de Ledderhose (aponévrose plantaire), à la maladie de Paget et à l’héliodermie. La maladie de La Peyronie semble aussi avoir tendance à se transmettre génétiquement de père en fils.

Mythe n°3 : La maladie de La Peyronie provoque le cancer

Les faits : en tant que telle, la plaque de LaPeyronie est bénigne et non cancéreuse. Il ne s’agit pas d’une tumeur et elle ne s’étend pas aux tissus voisins. Elle n’est pas non plus contagieuse (elle ne peut se transmettre d’aucune manière à une autre personne) et il n’y a aucune apparence qu’elle puisse être causée par une maladie transmissible.

Mythe n°4 : La chirurgie est la seule méthode radicale de traitement de la maladie de La Peyronie

Les faits : la chirurgie est une des possibilités de traitement qui reste la plus risquée, délicate et coûteuse. Elle est presque toujours utilisée en dernier recours, en cas d’échec des autres traitements. En outre, même en cas de succès, on ne peut garantir que la maladie ne réapparaîtra pas dans le futur. De plus, toutes les interventions chirurgicales n’ont pas montré une guérison à 100 % des signes et symptômes de la maladie.

Mythe n°5 : La maladie de La Peyronie n’a pas de rapport avec la dysfonction érectile

Les faits : même si ces deux troubles peuvent survenir indépendamment l’un de l’autre, la maladie de La Peyronie est associée à la dysfonction érectile (ou l’impuissance masculine) dans la majorité des cas. Les résultats d’une récente étude montrent que la corrélation entre la maladie de La Peyronie et la dysfonction érectile est encore plus évidente qu’on ne le pensait. Des articles et essais ont été publiés, qui affirment que 30 à 80 % des hommes ont une dysfonction érectile liée à la maladie de La Peyronie.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Peyronies Device

Exprimez vous!

*